COVID-19 : les patrons de Bars lancent un SOS au Chef de l’Etat
Postée le 26-06-2020 / 84 Vues

Face à la situation difficile qu’ils vivent, qui perdure depuis bientôt 4 mois, les Patrons de Bars, réunis au sein du MOPEN, lancent un sérieux cri de cœur en guise de SOS au chef de l’Etat.

Les acteurs de la nuit, en l’occurrence les Patrons des Bars et Nights clubs d’Abidjan ne sont pas encore au bout de leur peine. L’horizon n’est toujours pas dégagé pour eux en dépit des récentes mesures d’allègement de la crise sanitaire, relativement au COVID-19.

Face à la situation compliquée et persistante qu’ils endurent depuis bientôt 4 mois et qui les contraint au chômage, les Patrons des Bars et Nights clubs regroupés au sein du MOPEN, lors de leur récente rencontre au sommet, ont décidé à l’unanimité de s’en remettre cette fois-ci au chef de l’Etat.

Les acteurs du Mouvement des Opérateurs Economiques de la Nuit Le (MOPEN) très éprouvés, sans activité, se sentant laissés aux oubliettes depuis la venue de la pandémie, estiment que leur situation devient de plus en plus intenable. 

Lors de leur récent conclave à l’Acoustic des Deux Plateaux, les acteurs de ce mouvement par la voix de leur premier responsable, Serges Bri, n’ont pas manqué de lancer un véritable cri de coeur, en guise de SOS au Chef de l’Etat de CI, le Président Alassane Ouattara, afin qu’il se penche personnellement sur leur situation de détresse, jugée «alarmante», « Nous lançons un véritable cri de cœur, nous implorons le Chef de l’Etat afin qu’il vienne en aide à ses enfants que nous sommes. Car les temps sont durs pour nous, la situation devient pénible et invivable, nous avons d’énormes difficultés en ce moment. Depuis le 16 Mars, date de découverte du premier cas de COVID-19 en CI, nous avons à la suite des premières mesures prises par les autorités, fermé nos établissements. Et depuis bientôt 4 mois, les portes de nos établissements sont closes. Derrière ces établissements fermés, des milliers de jeunes réduits au chômage, ne gagnent pas leur pitance quotidienne, n’arrivent plus à se soigner, se meurent. Je ne pense pas qu’on pourra tenir encore des semaines dans cette situation. Nous nous en remettons donc à vous aujourd’hui M. Le président de la République afin de nous sortir de cette situation », a dit Serge Bri, premier responsable du MOPEN (Mouvement des Opérateurs Economiques de la Nuit). 

                                                                                                  Par Enzo Dia   


Source : VIBE RADIO
Autres articles