Je l'aime mais j'ai moins de désir : que faire et quelles sont les questions à se poser
Postée le 27-03-2024 / 134 Vues

Au sein du couple, les variations du désir peuvent être déstabilisantes. Lorsque la situation se présente, comment la gérer sainement vis-à-vis de soi-même et de son partenaire ? Une sexologue nous éclaire.

Une libido au ralenti est-elle un phénomène si important que cela ? Au quotidien, il existe une multitude de raisons qui expliqueraient une baisse de désir. C’est d’ailleurs déstabilisant lorsque cela arrive avec la personne que l’on aime : comment se fait-il que l’envie ne vienne pas avec sa moitié ? Chacun évolue avec une libido différente. En considérant cette disparité, comment réagir lorsque le désir s’amenuise bien que les sentiments soient toujours aussi forts ? Guillemette Stevens, sexologue et conseillère conjugale, livre ses conseils.

Les variations du désir, une étape naturelle strong>

Il faut d’abord comprendre que le désir est très fluctuant. En ressentir de façon régulière toute sa vie arrive peut-être à certaines personnes, mais il ne s’agit pas d’une généralité. Les aléas du quotidien n’y sont pas pour rien : des événements, des coups de fatigue, le deuil ou encore le travail peuvent influencer l’envie de sexe. Cela dépend aussi de la fonction qu’a le désir et la sexualité pour une personne et de la fonction du sexe dans le couple, explique Guillemette Stevens. Certains règlent leurs angoisses de cette manière, tandis que d’autres procèdent tout autrement.

La sexologue évoque d’ailleurs une étape classique rencontrée par de nombreux couples qui consiste en la fin de la période de lune de miel. Après s’être mutuellement idéalisés et avoir sauté pieds joints aveuglement dans la relation, certains détails finissent par nous sauter aux yeux et l’autre paraît moins parfait. Le désir est moins vibrant qu’au début et certains couples ne supportent pas cela. C’est aussi compliqué quand l’un des deux se calme avant l’autre : il faut commencer à accepter l’altérité de son ou sa partenaire, raconte Guillemette Stevens. Mais l’experte remarque que le sexe est encore largement considéré comme le ciment du couple, bien que l’amour et le désir soient des concepts très différents.

Baisse de désir dans le couple : quelles questions faut-il se poser ?

Cette importance donnée au sexe rend la baisse de désir particulièrement déstabilisante lorsqu’elle survient alors que le couple se porte bien et que les sentiments sont toujours présents. Il convient ici de ne pas dramatiser et de se poser les bonnes questions en distinguant envie, désir et excitation. Il faut voir à quel endroit cela coince : est-ce pour son ou sa partenaire que l’on a moins de désir ou est-ce général ?, conseille Guillemette Stevens. Lorsque l’envie de consulter se présente, pour qui souhaite-t-on faire cela ? Est-ce que l’on veut retrouver son désir ou veut-on faire plaisir à la personne que l’on aime ?

Car la sexologue rappelle à quel point il est important de sortir du devoir conjugal. Beaucoup croient qu’il faut pratiquer lorsqu’il y a moins de désir alors que c’est faux, car cela créé de la répulsion, met-elle en garde. Il convient donc de ne pas se forcer, de retrouver des moments de complicité en couple et de la tendresse qui soit détachée de la sexualité. Car, lorsqu’il n’y a plus de désir, les couples n’osent généralement plus se toucher, or on peut garder des gestes tendres sans que ce soit des préliminaires et ça rassure le ou la partenaire qui a l’impression qu’on ne l’aime plus, avance Guillemette Stevens. LIRE PLUS SUR FEMMEACTUELLE

Source : Femmeactuelle.fr
Autres articles